Les affaires concernant Wikipédia

Sommaire de la page

*L'affaire John Seigenthaleer (mai-décembre 2005)

*L'affaire de l'EPR (2 mai 2007)

*L'affaire Chris Benoit (25 juin 2007)

 

L'affaire John Seigenthaler (mai-décembre 2005)

John Seigenthaler est un journaliste américain retraité (il est né en 1927) qui a été victime en 2005 d’un hoax diffamatoire et calomnieux par le biais de la Wikipédia anglophone. L’affaire Seigenthaler est sans doute la plus grave de l’histoire de Wikipédia comme le montre l’intervention de Jim Wales et les modifications qui s’en sont suivies dans le fonctionnement de Wikipédia.

 

Sommaire de L'affaire John Seigenthaler

*Ce que l’on peut lire dans La Révolution Wikipédia 

*Les faits et les sources

*La page anglaise sur l’affaire Seigenthaler

  - le hoax

  - la réécriture de la page

  - la suite des événements

*La page française Affaire Seigenthaler

*Analyse de l’extrait de La Révolution Wikipédia

*Bibliographie (à venir) 

 

Ce que l’on peut lire dans La Révolution Wikipédia

(p. 79-80) « Le cas de John Seigenthaler est à cet égard exemplaire. Ce journaliste à la retraite reçoit un jour un appel téléphonique de son fils : ce dernier lui apprend qu’on peut lire sur Wikipédia qu’il a été suspecté d’avoir pris part à l’élaboration des attentats contre les frères Kennedy et qu’il aurait vécu treize ans en Union soviétique. Le sang de cet homme de soixante dix-huit ans ne fait qu’un tour. Le mensonge est d’autant plus insultant et offensant qu’il avait travaillé en tant qu’assistant de Bob Kennedy lorsque celui-ci était procureur et qu’il faisait partie de ceux à qui échut l’honneur de porter son cercueil. Entre le 6 mai et le 5 octobre 2005, une seule modification a été effectuée sur l’article. Elle portait sur la correction d’une faute de frappe ! Durant cent trente-deux jours donc, cette énormité reste en ligne sans que nul ne trouve à y redire, jusqu’à ce que John Seigenthaler appelle Jim Wales pour lui demander de retirer les pages incriminées. L’auteur des lignes diffamatoires s’appelle Brian Chase ; c’est un petit employé d’une société de livraison. Magnanime, John Seigenthaler décide de ne pas poursuivre Chase, qui doit toutefois démissionner de son poste et lui présenter des excuses. 

C’est Daniel Brandt, fondateur du site Wikipédia Watch, qui a démasqué le mystificateur grâce à son adresse IP. Son site est aujourd’hui une référence en matière de critique de l’encyclopédie collaborative. »

p. 90 « Ainsi, Wikipédia est tellement rapide, et elle veut être tellement complète, que le souci de la qualité de l’information – voire de sa véracité – passe trop souvent par pertes et profits. Le problème ici n’est pas que l’encyclopédie soit faite par des amateurs, mais que les experts refusent d’y participer. Le problème – aussi cynique que cela puisse paraître pour lui – n’est pas que John Seigenthaler ait été accusé d’avoir contribué à assassiner Kennedy, mais que cette fausse accusation ait discrédité toutes les autres pages de qualité. Le journaliste américain raconte que, lorsqu’il était petit, sa mère tenait un oreiller au-dessus de lui et lui disait : « Si je l’ouvre, les plumes vont s’envoler aux quatre vents et je ne pourrai jamais les remettre dans l’oreiller. » Pour lui, cet oreiller déchiré symbolise la manière dont Wikipédia traite, puis propage la vérité : une fois qu’elle est compromise, il est trop tard... »

 

 

Les faits et les sources

Dans ce cas, on ne peut pas remonter l’historique de la page anglaise John Seigenthaler jusqu’à la période de la diffamation : la version accessible la plus ancienne date du 24 septembre 2005, au moment de la réfection totale de la page. 

Les sources disponibles sont donc (liste non exhaustive) : La Révolution Wikipédia ; l’historique tronqué de la page anglaise John Seigenthaler ; cette page; la page Wikipedia biography controversy (alias Seigenthaler incident) qui remonte au 5 décembre 2005 ; la page française Affaire Seigenthaler qui date du 7 juillet 2006 ; la page John Seigenthaler (10 décembre 2005) qui est actuellement minimale, mais contient des informations dans ses versions archivées ; les écrits connexes de John Seigenthaler et de plusieurs autres personnalité. 

A première vue, il semble que la page anglaise  Wikipedia biography controversy soit la plus complète du point de vue factuel, d’autant qu’elle fournit une bibliographie détaillée.

 

 

La page anglaise sur l’affaire Seigenthaler (Wikipedia biography controversy)

Je propose ici deux citations fondamentales et un résumé du reste.

Le hoax 

« The author of the hoax article was later identified as Brian Chase, an operations manager of Rush Delivery, a delivery service company in Nashville, Tennessee.[5] On May 26, 2005, Chase added a new article that contained, in its entirety, the following false text:

John Seigenthaler Sr. was the assistant to Attorney General Robert Kennedy in the early 1960s. For a short time, he was thought to have been directly involved in the Kennedy assassinations of both John, and his brother, Bobby. Nothing was ever proven.

John Seigenthaler moved to the Soviet Union in 1972, and returned to the United States in 1984.

He started one of the country's largest public relations firms shortly thereafter. »

 

Ce libellé est conservé jusqu’en septembre (sauf une correction sur « early ») ; l’article est découvert par un ami de John Seigenthaler, Victor Johnson, ancien président de Aladdin Industries ; John Seigenthaler informe alors plusieurs amis et l’un d’eux, Eric Newton, journaliste, intervient le 23 en collant sur la page Wk la biographie que John Seigenthaler a sur le site Freedom Forum. Le 24 (soit 121 jours après l’introduction du hoax), un contributeur réécrit la biographie Wk de John Seigenthaler de façon à éviter tout problème de plagiat.

 

La réécriture de la page (ChickBowen, 24 septembre 2005)

« John Seigenthaler Sr. is a journalist, writer, and political figure. He founded the First Amendment Center in 1991.

Seigenthaler was editor of The Tennessean for 43 years, and later became president of the American Society of Newspaper Editors. He was founding editorial director of USA Today.

Leaving his newspaper briefly in the 1960s, Seigenthaler was as administrative assistant to Attorney General Robert F. Kennedy. During his civil rights negotiation work in Montgomery, he was attacked by Klansmen.

Seigenthaler is the author of a biography of President James K. Polk. »

 

Cette première version a subi depuis près de 1400 modifications et est actuellement beaucoup plus longue (19 800 octets contre 2 659). Je résume donc la suite de l’actuelle notice.

 

La suite des événements

En octobre 2005, John Seigenthaler prend contact avec Jim Wales, qui décide d’abord de masquer les versions archivées antérieures au 24 septembre ; à cette époque les sites miroirs de Wikipédia continuent de présenter la version supprimée de la page John Seigenthaler, pendant plusieurs semaines encore.

Le 29 novembre, John Seigenthaler publie une tribune dans USA Today, puis une version plus longue dans The Tennessean, deux journaux où il a travaillé précédemment. Il donne son opinion sur Wk : « un instrument de recherche biaisé et irresponsable ». Il signale qu’il n’a pu obtenir de Bell South, fournisseur d’accès, l’identité correspondant à l’adresse IP de l’auteur anonyme du hoax, faute d’une décision de justice. Bell South lui conseille d’utiliser une procédure dite « John Doe lawsuit). Mais Seigenthaler ne va  pas en avoir besoin. 

Daniel Brandt (« Wikipedia Watch ») réussit en effet à associer cette IP à une compagnie de Nashville, Delivery Rush et rend publique cette découverte (date non indiquée, début décembre). 

Le 5 décembre, Wales et Seigenthaler sont ensemble à CNN, et le 6 sur la radio nationale dans l’émission Talk of the Nation. Wales annonce sa décision d’interdire la création de pages dans la Wk anglophone par des contributeurs sous IP. John Seigenthaler adopte cependant une attitude d’hostilité catégorique à Wk et de refus de participer à tout travail de modification sur Wk, position qu’il maintient par la suite dans d’autres médias.

Le 9 décembre, Brian Chase reconnaît être l’auteur du hoax (il démissionne de Delivery Rush), adresse ses excuses à John Seigenthaler et a un entretien téléphonique avec lui. Seigenthaler confirme qu’il n’engagera pas de poursuites et demande même la réintégration de Chase, qui a lieu peu après. 

Le 13 décembre, Wales annonce dans Business Week la mise en place de la nouvelle règle et analyse les problèmes révélés par cette affaire. Le mois de décembre 2005 est marqué par un ensemble de règles concernant les biographies de personnes vivantes, notamment la possibilité de cacher de façon drastique les textes gravement mis en cause (y compris aux administrateurs, seuls les informaticiens pouvant alors y avoir accès), mesure qui a été ensuite 

 

Si on remonte à la version de l’année 2007, on constate une différence sensible : le fait que Chase a créé la page n’est pas signalé. Les autres différences concernent les répercussions de l’affaire ; les principaux élément factuels sont donc déjà présents.

 

 

La page française Affaire Seigenthaler

Le compte-rendu actuel est beaucoup moins détaillé que dans la page anglaise, et même assez elliptique, au point d’en devenir inexact dans le détail. 

« En septembre 2005, le journaliste américain John Seigenthaler découvre un vandalisme de la part d'un contributeur anonyme sur la version en anglais de sa biographie sur Wikipédia, où il était écrit : « was thought to have been directly involved in the Kennedy assassinations of both John and is brother Bobby » (« il a été soupçonné d'avoir été directement impliqué dans les assassinats de John et Bobby Kennedy »). Ladite biographie ajoutait : « Nothing was ever proven » (« Rien n'a jamais été prouvé »). 

Cette information, fausse, l'a poussé à prendre contact avec le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, pour que ce dernier supprime cette diffamation.

Bien que des vandalismes de ce genre aient déjà eu lieu sur Wikipédia, la particularité de ce dernier est qu'il soit resté en ligne très longtemps (du 29 mai 2005 au 5 octobre de la même année) et qu'aucun contributeur n'ait relevé cet ajout diffamatoire. De par la durée de sa présence sur Wikipédia, l'information a eu le temps d'être copiée et reliée à d'autres sites.

John Seigenthaler s'en est ouvert sur USA Today, le 29 novembre 2005, dans une opinion libre. Il a été invité sur CNN et sur la National Public Radio les 5 et 6 décembre 2005. Considérant avoir été diffamé, il a effectué des recherches qui lui ont permis de constater que le contributeur de cette mention était anonyme. C'était un client de BellSouth Internet, mais les lois américaines sur la protection de la vie privée ne permettent pas de connaître l'identité des utilisateurs d'Internet, même s'ils publient du contenu offensant. Du coup, refusant une action judiciaire incertaine, il a préféré écrire sur USA Today que : « Wikipedia is a flawed and irresponsible research tool » (« Wikipédia est un outil de recherche défectueux et irresponsable »).

En l'occurrence, le responsable de cette indélicatesse a fini par se dénoncer.

Après la publication de cet article, y compris dans un article du New York Times1, publiée également dans la sélection hebdomadaire du quotidien Le Monde du samedi 10 décembre 2005), la politique éditoriale de Jimmy Wales semble avoir changé. Depuis le 5 décembre, sur la version anglaise de Wikipédia, seuls les contributeurs identifiés peuvent désormais créer de nouveaux articles. Cette limitation ne s'applique pas aux autres versions de Wikipédia. »

 

Si on remonte à la version de la deuxième moitié de 2007, époque de la rédaction du livre LRW, on constatera qu’elle est à peu près identique à la version actuelle.

 

Inexactitudes et approximations

1) le hoax est présenté comme un vandalisme et non pas comme le contenu immédiat d’une page créée (comme page anglaise de l’époque)

2) la date du 5 octobre indiquée pour la fin du hoax est inexacte (contrairement à la page anglaise de l’époque)

2) ce n’est pas Jim Wales qui a mis fin à la diffamation

3) la suite des réactions est présentée de façon assez elliptiques.

 

 

Analyse de l’extrait de La Révolution Wikipédia

On remarque une certaine tendance à « faire de la littérature » : « un appel téléphonique de son fils », « Le sang de cet homme de soixante dix-huit ans ne fait qu’un tour », etc.

D’autre part, le schéma d’ensemble est celui de la page française :

1) ils donnent le 5 octobre comme date de fin du hoax

2) ils semblent attribuer à Jim Wales la fin de ce hoax ; en fait, ils confondent deux choses : John Seigenthaler a fait appel à Jim Wales qui a « retiré les pages incriminées » ; de fait, il est intervenu à un niveau plus profond en masquant les pages incriminées dans l’historique de la page. 

On peut donc penser que les auteurs de LRW ne sont pas allés consulter l’historique où la page du 24 septembre 2005 apparaît comme la première page, et même on pourrait penser qu’il se sont servi de la page Wk-fr, qui en l’occurrence est trompeuse.

 

 

 

L'affaire de l'EPR (2 mai 2007)

 

Sommaire de L'affaire de l'EPR :

*Ce qu'on peut lire dans La Révolution Wikipédia

*Les fait (page Réacteur pressurisé européen

*Analyse des faits

*Commentaire du traitement de l'affaire par La Révolution Wikipédia

 

Ce qu’on peut lire dans La Révolution Wikipédia (p. 115-117)

« Face à l’écrit figé des encyclopédies de papier, Wk offre un écrit modulable et adaptable à l’envi, mais qu’un simple passage-éclaire d’un internautes aux intentions propagandistes suffit à détourner de son idéal d’objectivité. 

Dans la nuit du 2 au 3 mai 2007, […] après la clôture du débat entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, un vent de folie a soufflé sur […] la notice consacrée au réacteur pressurisé européen. Une cinquantaine de modifications ont été apportées à l’article en l’espace de quelques heures. Des militants ou sympathisants UMP cherchaient à étayer l’idée qu’il s’agissait bien d’un réacteur de quatrième génération, et non de troisième, histoire de donner raison à Nicolas Sarkozy, qui venait de s’emmêler les pédales en direct.

A 22 h 34, le premier coup de feu est tiré.  […] A 0 h 28, la première phase des confrontations se termine sur une victoire de la « génération III ». […] Les hostilités reprennent le lendemain.

Peu après cette joute en ligne, l’article sur l’EPR passait en catégorie « semi-protégée » […] ».

 

Les faits (historique de la page « Réacteur pressurisé européen »)

On constate en effet 55 modifications le 2 mai à partir de 21 h 34.

Dès 21 h 48, « Génération III » est étayé par une source (qui n’est plus opérationnelle) http://www.francetech.gouv.fr/energie/nucleair/pdf/epr_2_11.pdf

La semi-protection est introduite à 23 h 25 et cela met fin à l’opération.

Le lendemain 3 mai, il y a seulement 10 modifications ; une controverse a lieu mais elle ne porte plus sur « III » ou « IV » : elle porte sur un différend entre Areva et Framatome sur le sens de EPR et sur la qualification « génération III » ou « génération III+ ».

En ce qui concerne les versions étrangères à la même époque : la version anglaise parle de génération III (23/04>16 mai 2007), ainsi que la version espagnole (mars>octobre 2007). 

 

Analyse des faits

L'affaire a duré à peine deux heures.

« Génération IV » est soutenu par des IP (89.224.182.38 et 82.245.196.208) mais aussi par des contributeurs inscrits : ArséniureDeGallium (inscrit le 20 juin 2005) et Spartan_117_72 (12 janvier 2006)

En l’occurrence, ces interventions manipulatrices en faveur de « génération IV » ont été combattues dès le départ et ont été stoppées assez rapidement, malgré l'acharnement des tenants de génération IV. Il semble assez évident qu’elles étaient ineptes, puisqu’elles auraient isolé la Wk francophone des autres Wk, où les sarkozystes n’avaient pas l’intention (ni la capacité, ni même probablement l’idée) d’aller. 

 

Commentaire sur le traitement de l’affaire dans  La Révolution Wikipédia

Ces interventions ne prouvent rien d’autre que la bêtise de certains militant sarkozystes : comment pouvaient-ils imaginer qu’il suffit d’écrire une contre-vérité sur Wikipédia pour dédouaner Nicolas Sarkozy d’avoir dit une bêtise ? 

Les auteurs de LRW sont hors sujet : cette anecdote qu’ils développent sur une page ne concerne pas les problèmes du fonctionnement de Wk (sujet du livre), mais l’attitude de certaines personnes face à Wk, sujet tout à fait intéressant, mais qui devrait être traité à part.

D’autre part, ils donnent une version assez fortement romancée de l’épisode qui a été beaucoup plus court qu’ils ne disent, et même une version affabulatrice : la semi-protection intervient dès le 2 mai, et non pas après le 3 mai comme ils semblent l’indiquer ; la controverse III/IV n'a plus lieu le 3.

Bien entendu, ce n’est pas très grave : mais pourquoi des gens qui critiquent (à juste titre) les erreurs et affabulations sur Wk, affabulent eux-mêmes en parlant de Wk ? Dans le cas précis, on a l’impression qu’ils sont allés voir l’historique de la page, contrairement à d’autres cas (affaire Chris Benoit, suinfra) ; mais ils ne sont pas capables d’en rendre compte correctement. Ou bien ils estiment qu’ils n’ont pas l’obligation d’en rendre compte correctement. Ils estiment qu’ils peuvent « faire de la littérature » : « le premier coup de feu est tiré », « victoire de la « génération III » », « hostilités », « joute en ligne ».

Curieusement, ils semblent « renvoyer dos à dos les adversaires » alors même qu’ils savent et affirment eux-mêmes qu'une des deux parties affabule ; mais ceux qui essaient de rétablir la vérité triviale sont placés dans le même sac que les affabulateurs. L'expression vent de folie est particulièrement notable de ce point de vue.

Pas très déontologique, tout cela !

 

 

 

L'affaire Chris Benoit (25 juin 2007)

Cette affaire est évoquée en France par un article de Pierre Riché dans Rue89, article repris par La Révolution Wikipédia. Mais aucune de ces deux sources n'est semble-t-il remonté à l'historique de la page Chris Benoit.

 

Sommaire de L'affaire Chris Benoit :

*Ce que l'on peut lire dans La Révolution Wikipédia

*Les faits selon l'historique de la page Wikipédia

*Analyse de l'extrait de La Révolution Wikipédia 

*L'article de Pascal Riché (lien)

*Commentaire de l'article de Pascal Riché

 

 

Ce que l'on peut lire dans La Révolution Wikipédia (p. 87-88)

« En juin 2007, le catcheur canadien Chris Benoit a été retrouvé pendu dans sa maison de Géorgie, près des cadavres de sa femme Nancy et de son fils de sept ans. Une affaire tristement sordide, mais qui a pris une dimension inédite par le biais de Wk. La police a en effet découvert les corps le lundi 25 juin à 14 h 30. Or, dès la nuit précédente, un étrange message avait été ajouté à l’article de Wk concernant le champion. « Chris Benoit a été remplacé par Johnny Nitro pour le championnat de l’ECW à Vengeance, Benoit ayant eu un empêchement pour raisons personnelles, liées à la mort de son épouse Nancy (note : Cité dans l’article de Pascal Riché sur le site Internet Rue89.com, ….] », pouvait-on lire en ligne à partir de minuit, soit quatorze heures avant la découvert des corps. L’auteur de cette note a ensuite expliqué sur Wikinews, avec beaucoup de confusion, qu’il ne s’agissait que d’une grosse coïncidence et qu’il avait ajouté imprudemment sur Wk une information non vérifiée sur la mort de Nancy Benoit, lue ailleurs sur Internet. Une étrange coïncidence qui ne manquerait pas de mettre en branle les neurones d’Hercule Poirot ou de Sherlock Holmes. L’ordinateur du « wiki-contributeur » a en tout cas été saisi et, s’il s’avérait qu’il détenait des informations sur ce meurtre qui n’auraient pas été transmises à la police, l’auteur des lignes prémonitoires risquerait des poursuites pénales. »

 

Les faits (selon l'historique de la page en anglais Chris Benoit)

Cette page subit en général de nombreuses modifications durant cette période de 2007, mais elles sont encore plus nombreuses le 25 juin 2007. A l’heure actuelle, l’activité est de loin moindre, mais le nombre de visiteurs est très élevé (autour de 100 000 sur les 30 derniers jours (avant le 19 mars 2012), un peu plus de 100 000 en décembre 2007, le premier mois disponible.

 

On peut en effet compter 50 modifications avant l’annonce officielle du décès à 22 h 04. Ces 50 modifications ne concernent pas toutes le passage évoqué par LRW, et ce passage lui-même n’est pas concerné que par l’affaire. 

 

Je présente ci-dessous les modification qui concernent précisément ce passage à partir de 0 h 42, heure de la première allusion à l’affaire. On notera que les modifications s’insèrent dans le cadre d’une information critiquée (de façon non visible) par un contributeur) parce que référée à des événements futurs, mais non supprimée. 

 

Version d’origine (25 juin, 0 h 42) : « Benoit then defeated Elijah Burke to be a contender for the vacated Championship and will face fellow contender CM Punk at Vengeance.<!-- DO NOT ADD WEEK BY WEEK EVENTS, RUMORS OR SPECULATION. THIS INCLUDES ANNOUNCED MATCHES THAT HAVE NOT YET OCCURRED. WIKIPEDIA IS NOT A NEWS SITE BUT AN ONLINE ENCYCLOPEDIA. Please see the articles "Wikipedia:What Wikipedia is not" and "Wikipedia:Guide to writing better articles" for more information. -->

 

25 juin 0 h 42 (67.35.104.109) : « … Vengeance. Chris benoit was replaced by [[Johnny Nitro]] for the ecw champion match at Vengeance due to the fact the benoit was not there due to personal issues. »

0 h 51 (Tssalyo Phoenix) : « …Vengeance, as Benoit was not there due to personal issues. »

0 h 55 (68.33.148.231) : «… to personal issues(Kayfabe). »

1 h 01 (Crippler4) : suppression de la mention « Kayfabe » dont le sens n'est évidemment pas clair et la présence injustifiée.

4 h 01 (69.120.111.23) : « … personal issues, stemming from the death of his wife Nancy »

4 h 48 (Jab5) : « …issues, which are not yet known » (commentaire de Jabs5 : « Need a reliable source. Saying that his wife died is a pretty big statement, you need to back it up with something »)

5 h 11 (125.63.148.173) : « …issues which according to several pro wrestling websites is attributed to the passing of Benoit's wife, Nancy. »

5 h 38 (Deep Shadow) : « …issues which are not yet known » (commentaire de Deep Shadow : «Saying "several pro wrestling websites" is still not reliable information. » 

16 h 47 (99.247.62.88) : « … Vengeance, as Benoit was not there due having his pubic hair get caught in the jet in his pool. »

16 h 53 (70.187.248.64) : « …Vengeance. Chris Benoit was to a family emergency. »

20 h 05 (69.178.44.230) : « Chris Benoit was absent due to a family emergency. »

22 h 04 (86.130.166.231) : annonce de la mort de Chris Benoit, de son épouse et de son fils.

 

 

Analyse des faits

La mention de la mort de sa femme à 4 h 01 fait l’objet d’un débat de validation, est rejetée à 4 h 48 (après 47 minutes de présence), rétablie à 5 h 11 avec un étayage minimal (« plusieurs sites de lutte ») et est finalement rejetée à 5 h 38 (27 minutes de présence).

On remarque que plusieurs modifications sont effectuées ensuite sur ce passage, dont un vandalisme (16 h 47) et une autre (16 h 53) qui est peut-être une allusion au drame familial (déjà connu de la police, mais sans doute pas encore rendu public). 

Au total, la mention de la mort de Nancy Benoit a été présente sur la page pendant 74 minutes en deux périodes. 

Les interventions suspectes, au nombre de 7, sont faites sous IP, sous 7 numéros différents.

 

Cet épisode est repris sur une page Wk en anglais :

http://en.wikinews.org/wiki/Death_of_Nancy_Benoit_rumour_posted_on_Wikipedia_hours_prior_to_body_being_found

L’intervention du responsable ( 69.120.111.23) sur Wikinews :

http://en.wikinews.org/w/index.php?title=Talk:Death_of_Nancy_Benoit_rumour_posted_on_Wikipedia_hours_prior_to_body_being_found&oldid=449245#I_posted_the_comment_we_are_all_talking_about_and_I_am_here_to_explain_that_it_was_A_HUGE_COINCIDENCE_and_nothing_more

 

Analyse de l’extrait de La Révolution Wikipédia

La présentation est un peu biaisée, fondée sur une citation inexacte : la mise en ligne n’a duré que peu de temps, la mention expresse de la mort de Nancy Benoit n’a pas lieu à minuit mais à 4 h, la référence à d’autres sites apparaît à 5 h 11 avant d'être évoquée sur Wikinews ; enfin, des contributeurs déclarés interviennent clairement pour éliminer cette « information » non étayée quoique énorme.

On remarque que la citation inexacte provient de Pascal Riché, sur Rue89. Donc, les auteurs de LRW ne se sont pas donnés la peine d’aller eux-mêmes consulter l’historique de la page Chris Benoit.

Commentaire : bravo pour le travail d’enquête et la déontologie journalistique ! Bravo pour l’usage non critique du « copier-coller » (ici de Rue89 vers LRW). 

On remarque ensuite le dérapage « policier » des jeunes chercheurs qui, invoquant Agatha Christie et Conan Doyle, promettent d'éventuels mauvais jours à l’auteur de cette information.

Là, ils sont un peu hors sujet.

 

Mais le gros problème est que dans cette affaire, Wikipédia n’a pas vraiment de responsabilité, puisque le système de contrôle a tout de même éliminé une information suspecte fournie dans des conditions anormales. Il y a certes un rapport entre cette affaire et  Wikipédia, mais c’est un rapport totalement contingent.

 

L’article de Pascal Riché (Rue89, 1° juillet 2007) 

http://blogs.rue89.com/mon-oeil/wikipedia-annonce-desormais-les-crimes-a-lavance

Commentaire de l’article de Pascal Riché

La première chose à considérer est le titre : « Wikipédia annonce désormais les crimes à l’avance ».

Ce titre est fondé sur un raisonnement totalement absurde : la phrase est en effet aussi sensée que celles-ci : « le téléphone annonce les attentats à l’avance » (lorsqu’un membre de l’ETA prévient la police par téléphone) ou « pendant la Seconde Guerre mondiale, les PTT étaient au premier rang pour la dénonciation des juifs et des résistants » (puisque chaque jour, les autorités recevaient des lettres anonymes). 

Si on considère le corps de l’article, les choses sont présentée de façon plus banale, sans que le titre soit vraiment justifié.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :