Dieu, Wikipédia et moi

Sommaire de la page

*Dieu, Wikipédia et moi (ou : Jacques Goliot est-il mégalo ?)

*Mon bilan comme contributeur

  - Un bilan plutôt maigre !

  - La seule chose remarquable de mon parcours dans Wikipédia

*Un hiver 2012, un récit de Jacques Goliot en quatre épisodes, avec dans le rôle principal, Cédric Boissière (co-starring : Azurfrog, LPLT...)

  1) Un solstice agité : La Conspiration, de Paul Nizan ou : Ma rencontre avec LPLT

  2) Rencontres avec Cédric Boissière

  3) Suspendu !

  4) Faux nez !!!!!!

 

 

Dieu, Wikipédia et moi

Certains, en lisant ce titre, ne manqueront pas de penser, voire de dire : Qui c'est ce gars-là, qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a, qui c'est celui-là ? 

 

Ils diront même peut-être : mais ce gars-là, il se prend pour qui, ce gars-là, non mais, il est, non mais il est, complètement mégalo, ce gars-là ! 

 

Eh bien, non : je ne suis absolument pas mégalomane.

 

Je ne me prends pas pour Dieu.

 

Je me prends seulement pour Woody Allen, auteur d'un livre (Without Feathers, 1975, selon Wikipédia) dont le titre français est Dieu, Shakespeare et moi ! Ou bien pour Marcel Gotlib, en l'honneur de qui je me suis attribué les prénoms improbables Jacques Georges Babylas. Gotlib et Woody Allen ont un certain sens de l'humour, j'espère simplement suivre un peu leur exemple dans ce domaine. 

 

Par exemple, en écrivant : « Je vais proférer une grossièreté : ce contributeur est incontestablement très sot ». Pour ceux qui ne trouvent cela ni grossier ni grossier, ni drôle, j'explique : le mot « sot » est mis à la place d'un autre, plus attendu, qui est d'ailleurs présent, et plutôt deux fois qu'une. C'est une variante de (c'est le cas de le dire) contrepèterie. C'est encore plus amusant si on sait que le contributeur dont il s'agit a choisi comme pseudonyme : « Konstantinos ».

 

L'humour : une qualité absente chez la quasi totalité des anti-wikipédiens, bien qu'ils affectionnent la rubrique du genre « Rions avec Wikipédia », mais aussi chez nombre de wikipédiens. 

 

Autre exemple : je suis bien né non loin du Don, mais il s'agit de l'affluent de la Vilaine, qui arrose entre autres les communes de Saint-Julien-de-Vouvantes, Petit-Auverné, Marsac-sur-Don, Guémené-Penfao, Massérac (Loire-Atlantique).... Et le russe s'enseignait au lycée Clemenceau de Nantes...

 

 

Mon bilan comme contributeur

 

 

Un bilan plutôt maigre !

comme aurait dit l'inspecteur Charolles. Si je me résous à parler de mon bilan de contributeur, c’est seulement pour insister sur sa médiocrité : du 1° juin 2007 au 15 février 2012, soit un peu plus de 4 ans et demi (1721 jours), je n’ai fourni, l’un dans l’autre, que 6750 contributions, soit une moyenne (bien modeste) de 3,9 contributions par jour. Le fait qu'à plusieurs reprises durant cette période, je n’ait pas eu accès à Internet n’est évidemment pas une excuse. 

Si je considère maintenant les pages que j’ai créées, je n’ai absolument pas de quoi m’enorgueillir : j’en trouve seulement 185, dont il faut défalquer les pages Utilisateur (au nombre de 6) et les pages de discussion (78) : il reste 101 pages véritables. C’est, chacun en conviendra, bien peu de chose !

Ces pages avaient-elles le moindre intérêt pour l’encyclopédie. On peut en douter.

Prenons la plus « remarquable » : la page espagnole sur Eric de Bisschop (3 octobre 2009) : elle n'a été vue que 131 fois dans les 90 jours avant le 25 mars 2012. Je m’en excuse. Ce qui m’avait paru justifier la création de cette page, c’est que ce navigateur et écrivain a passé pas loin d’un an de sa vie au Chili, en 1957-58, après le naufrage du Tahiti Nui I et avant de partir avec le Tahiti Nui II pour son dernier voyage, puisqu’il est mort fin août 1958 lors d’un accostage en catastrophe à Rakahanga. Or Chili = pays de langue espagnole ! Donc, voilà…

Sinon je n’ai créé que des pages françaises. Beaucoup portent sur des Espaces urbains (24), des membres du Parti communiste espagnol, des maires de Nantes, sur des livres de David Lodge : il s’agit donc d’un travail de routine qui ne mérite pas vraiment de louanges.

J’ose à l’extrême limite demander que l’on porte à mon crédit, les pages que j’ai créées sur Florelle, sur Bernard Noël (acteur), sur Ernst Busch (acteur), sur Bengt Danielsson (autre navigateur du Pacifique), sur la famille Schwob, sur l’Histoire de la Polynésie française et sur Le Livre du rire et de l’oubli (le dernier livre de Kundera qui n’avait pas de page spécifique). 7 pages : c’est dérisoire.

Bien entendu, j’ai aussi contribué à des pages déjà existantes. A environ 1800 différentes. Sur la Wikipédia francophone, et sur les Wikipédias anglaise, espagnole, catalane, galicienne, allemande, suédoise, norvégienne, roumaine, russe.

 

Je vais donner quelques exemples afin de prouver catégoriquement que mes contributions n’ont pas apporté grand-chose à l'encyclopédie : 

*page Jorge Semprun (auteur n° 2 : 31 interventions)

Avant ma première intervention : 12 décembre 2007, 5741 octets

Mes interventions : 5 janvier 2008-14 mars 2008, 15 546 octets

25 mars 2012 : 31 355 octets

Mon apport n’est donc que de, mettons, 9000 octets (15 546 – 5741 = 9 000 environ), soit à peine un tiers de la page actuelle. 

J’espère qu’on me saura gré, pour autant que cela en vaille la peine, du fait que j’ai lu plusieurs livres de Semprun à cette époque, et que j’ai mis pas mal de références.

Importance des contributions : 290 octets/contribution

 

*page Charlemagne (auteur n° 3 : 52 interventions)

15 juillet 2011 : 61 325 octets 

17 juillet-20 octobre 2011 105 753 octets 

25 mars 2012 : 133 456 octets.

Mon apport : mettons 40 000 octets, soit un tiers de la page actuelle. 

Je crois pouvoir ajouter qu’à cette occasion j’ai un peu amélioré le plan de la page et que j’ai lu le livre de Pierre Riché sur les Carolingiens et le Charlemagne de Georges Minois.

769 octets/contribution

 

*page Eric de Bisschop (auteur n° 2 et n° 3 : 51 interventions)

7 février 2008 : 3963 octets

13 juillet-23 novembre 2008 : 17 482 octets

11 août 2009 : 19 890 octets

2 septembre 2009-23 janvier 2010 : 23 057 octets

30 janvier 2012 : 23 922 octets

Mon apport : mettons 15 000 octets, soit un peu plus de la moitié de la page. Mais je suis en quelque sorte un spécialiste d’Eric de Bisschop, puisque j’ai lu tous ses bouquins et quelques autres, et que j’ai fait un travail de recherche sur lui.

294 octets/contribution

 

*page Georges Clemenceau (auteur n° 3 : 38 interventions)

3 février 2011 : 178 823 octets

4-20 février 2011 : 183 343 

19 mars 2011 : 189 812

Mon apport : 3 500 octets, soit 1,8 %

92 octets/contribution

 

Il est donc tout à fait normal que je n’aie reçu aucune récompense de la part de « Wikipédia », qu’aucune Patrouille RC, aucun administrateur, aucun steward, aucun checkuser, aucun arbitre n’ait remarqué un travail qui n’avait somme toute rien de remarquable. Deux ou trois fois, des contributeurs ont indiqué dans des pages de discussion que j’aurais fait du bon boulot. Ils étaient certainement trop facilement enclins à la louange. Une fois, à l’occasion de l’enquête qui a eu lieu il y quelque temps, il m’a semblé que l’on s’adressait à moi comme si j’étais un contributeur important : ce devait certainement être une erreur. 

 

La seule chose remarquable de mon parcours dans Wikipédia,

c’est, en fait, le nombre de pseudonymes dont j’ai fait usage. Cela apparaît en filigrane ci-dessus dans mon analyse de la page Eric de Bisschop, où deux de ces pseudonymes sont évoqués, mes deux principaux. Mais j’en ai créé quatre autres ! C’est à peine croyable et c’est certainement significatif. En tout cas, c’est ce que la bureaucratie wikipédienne a fini par repérer. Je l’ai bien aidée, je dois le reconnaître.

 

Et maintenant, place à l’aventure, au suspense, aux rencontres inattendue, aux coïncidences bizarres, place à la grande littérature, place au feuilleton !!!!!!!!!

 

 

The Goliot Writing Entertainment Company présente

 

                  un récit de Jacques Goliot

 

Un hiver 2012

 

Starring : Cédric Boissière,

Co-starring : Azurfrog, Starus

Guest star : LPLT

SYNOPSIS : Le récit de ma rencontre avec la bureaucratie wikipédienne, incarnée en la personne de l’administrateur Cédric Boissière est l’histoire d’un gros malentendu débouchant sur une quasi rupture. Cet épisode a marqué assez exactement les trois mois de d’hiver 2011-2012.

LE RECIT COMPREND QUATRE EPISODES :

1) Un solstice agité : La Conspiration de Paul Nizan ou Ma rencontre avec LPLT

2) Rencontres avec Cédric Boissière

3) Suspendu !

4) Faux nez !!!!!!

 

Premier épisode 

Un solstice agité : La Conspiration de Paul Nizan ou Ma rencontre avec LPLT

Ce fut pour moi un dur hiver sur Wikipédia. Mais je ne laisserai à personne le droit de se servir de ce que j’écris à des fins de dénigrement, surtout pas à Alithia-la-garce ou à ses zavattars auteurs de blog mal foutus contre Wikipédia. 

Au mois de décembre 2011, je me servais depuis quelques mois de mon premier pseudonyme. 

Une première alerte eut lieu le 22 décembre alors que je m’étais mis à travailler sur la page La Conspiration, lisant le roman pour en faire le résumé (étonnant, non ?).

 

Le 3 décembre, la page (1 165 octets) se présentait comme suit :

 

La Conspiration est un roman de Paul Nizan paru le 1er juillet 1938 aux éditions Gallimard et ayant reçu le Prix Interallié la même année.

== Résumé ==

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

== Éditions ==

*La Conspiration, éditions Gallimard, 1938 (ISBN 2070247384).

 

Prix Interallié 1938

Précédé par La Vallée sans printemps de Romain Roussel

Suivi par Les Figurants de la mort de Roger de Lafforest 

Portail de la littérature

à quoi il faut ajouter une infobox : 

La Conspiration

Auteur Paul Nizan

Genre Roman

Pays d'origine France

Éditeur éditions Gallimard

Collection Blanche

Date de parution 1er juillet 1938

ISBN 2070247384

 

On pourrait dire de cette page qu’elle était quasiment vide (les informations fournies en double relevaient de la fiche bibliographique). De plus, elle comportait une ISBN qui ne correspondait à rien, puisqu’il n’y avait pas d’ISBN en 1938.

 

J’interviens le 20 décembre et je la porte à 2750 octets en ajoutant quelques informations encore lacunaires du reste. La page devient en gros (l'infobox et le tableau Prix Interalliés étant maintenus) :

 

La Conspiration est un roman de l'écrivain français Paul Nizan publié le 1er juillet 1938 ; il a reçu le Prix Interallié 1938.

== La narration ==

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Le récit est fait par un narrateur extérieur.

== Le cadre et les personnages ==

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

L'action se déroule en 1928 à Paris, dans les milieux étudiants, notamment celui de l'Ecole normale supérieure.

Les conspirateurs

Bernard Rosenthal, normalien, est le fils d'une riche famille juive installée dans le XVIème arrondissement de Paris (ce que le narrateur présente comme assez rare à l'époque).

Bloyé (il porte le nom du héros d'un autre roman de Nizan, Antoine Bloyé)

Pluvinage

== Éditions et traductions ==

Edition originale : Gallimard, 1938, 253 p. Notice BnF

Editions de poche :

*Le Livre de Poche, 1968, 308 p. Notice BnF

*Gallimard, coll. « Folio », 1973 Notice BnF

*Gallimard, coll. « Folio », 1990 ISBN 2-07-036511-5

Traductions :

*Allemande (Lothar Baier, tr.) : Die Verschwörung, Eurropaverlag, Vienne, 1994, 279 p. ISBN 3-203-51170-3

*Anglaise (Quintin Hoare, tr.) : The Conspiracy, with an afterword of Jean-Paul Sartre, Verso, Londres, 1988, 255 p. + VIII, ISBN 0860912248

*Espagnole (Ana Julia Pinet, tr.) : La conspiraciôn, Ediciones de la Flor, Buenos Aires, 1969, 189 p

*Espagnole (Josep Macau, tr.) : La conspiracion, Icaria, Barcelone, 1978, 321 p.

*Italienne (Daria Menicanti, tr.) : La cospirazione, Mondadori, Milan, 1961, 268 p.

== Bibliographie ==

*John Flower, Paul Nizan La Conspiration, University of Glasgow Publications, 1999, 52 p. ISBN 0-85261-657-0

 

Suite à ce travail assez conséquent (en deux interventions seulement), je reçois un message délicat et courtois du contributeur LPLT :

Espace encyclopédique et brouillon

Bonjour,

Au regard de la page La Conspiration, je pense qu'il serait préférable que vous travailliez le brouillon petit à petit, au rythme qui vous sied, dans votre espace personnel plutôt que dans l'espace encyclopédique qui lui est destiné à être lu. En l'état la page est de mauvaise qualité et incompréhensible. Vous pourriez transférer l'actuel contenu dans votre page de brouillon, et nous supprimerions les chapitres en cours de rédaction de la page encyclopédique. Qu'en pensez vous. Cdlt-- LPLT [discu] 22 décembre 2011 à 11:45 (CET)

 

Ma réponse, excessivement arrogante : 

Bonjour.

Je n'ai pas terminé le travail de résumé ; je n'accepte pas votre proposition : vous n'êtes pas propriétaire de la page. J'y ai apporté beaucoup plus que vous.

Désolé.

--AUBRIANT (d) 22 décembre 2011 à 16:07 (CET)

 

Réponse de LPLT, de plus en plus courtois : 

Je crois que vous n'avez pas encore compris comment marche WP. Il ne s'agit pas de question de propriétaire ou d'apports. Il s'agit que cette page en l'état est un sombre brouillon peu compréhensible, sans phrases, sans contenu, et que ce type de travail doit se faire dans son espace personnel avant de mettre en ligne une page à minima. Je me réserve la possibilité de transférer le contenu dans votre espace personnel pour que vous l'y complétiez avant de le mettre sur la page. C'est une question de qualité et de standards.-- LPLT [discu] 22 décembre 2011 à 16:11 (CET)

 

Sur ce, j’ai continué de travailler sur la page sans tenir compte de ces injonctions ineptes, en faisant quelques remarques sur la page de discussion. Il est évident que malgré leurs imperfections, mes ajouts étaient formellement de meilleure qualité que pas mal d'autres pages Wikipédia ; quand à savoir s'ils étaient incompréhensibles, à chacun d'en juger... 

Ayant été interrompu par la période des fêtes, à la reprise, deux semaines plus tard, je n’avais plus aucune envie de continuer sur La Conspiration et j’ai donc laissé en l’état un travail inachevé, comme on pourra le constater en se reportant à la version du 1° février 2012 : malgré cet inachèvement, le contenu de la page est tout de même nettement plus conséquent que ce qui s’y trouvait en décembre. Apparemment, LPLT n’a pas jugé utile de poursuivre mon travail en lisant lui-même l’ouvrage, mais il n’a pas non plus procédé à la « déportation » qu’il envisageait avec un sérieux digne d’un procureur tsariste.

En même temps, j’ai décidé de reprendre mon second pseudonyme : pour quelle raison ? Pour la même raison que j’avais déjà deux fois changé précédemment : afin de mettre mon pseudo actif en sommeil, afin d’esquiver dans la mesure du possible d’autres messages moralisateurs de la part de tel ou tel contributeur (ici LPLT ; voir additif sur LPLT en bas de page). 

 

 

 

Second épisode

Rencontres avec Cédric Boissière

Janvier 2012 : le dossier du Monde

Le 14 janvier paraît l’article de Frédéric Joignot dans le Monde, et je me mets à construire ce site qui commence à pas mal m’occuper. Je m’occupe aussi de la page Pierre Assouline, qui est à l’origine d’un échange de messages un peu tendus avec Rémi Mathis ; l’enjeu étant de savoir ce qu’on peut mettre de l’hostilité d’Assouline envers Wikipédia.

 

Première rencontre

Sinon, mes travaux m’amènent à la fin janvier à travailler sur des pages concernant la Grèce, ce qui provoque des rencontres marquantes, d’une part avec Konstantinos (voir ma page : Frederika de Grèce), d’autre part avec Cédric Boissière, administrateur de Wikipédia, ce que je ne sais pas au départ.

Travaillant sur la page alors intitulée « Gregoris Lambrakis », j’ouvre une discussion pour signaler qu’il serait plus approprié de la nommer « Grigoris Lambrakis ». Peu après, un contributeur procède de son propre chef au changement ; j’ai alors la surprise de voir un certain Cédric Boissière venir reprocher une discussion isolée et un changement de nom hâtif (en effet, il ne respectait pas des normes imposant d’écrire « Grigóris Lambrákis »), dont je n’étais nullement responsable. Je continue malgré tout de travailler sur la page Lambrakis et sur d’autres.

 

La page Grigoris Lambrakis 

Cette page créée en novembre 2006 compte 2000 octets avant ma première intervention. Du 23 janvier au 1° février, je la porte à 17 800, grâce à quelques livres (Constantin Tsoucalas, La Grèce de l’indépendance aux colonels ; Pierrat, Théodorakis), mais surtout en dépouillant les articles du Monde et d’Ouest-France sur la mort de Grigoris Lambrakis (cf. les notes de la page GL). 

 

Seconde rencontre

Le matin, je travaille sur la page « Grèce », introduisant un plan dans la partie « La Grèce moderne et contemporaine » avec le commentaire « Restructuration (>deux parties) ; mise en place d'un plan en vue d'étoffer ces parties) ».

L’après-midi, , je dépouille pendant deux heures L’Humanité (qui fournit évidemment plus d’informations que les deux journaux précédents). 

Le soir, je découvre que Cédric Boissière est intervenu sur les modifications de la page Grèce en remplaçant 

 

Quelques jalons à développer :

*Grèce et Turquie de 1830 à 1914 : conquête de la Thessalie, de la Macédoine, de la Thrace, de la Crète, des îles de la mer Egée

 *Les Guerres balkaniques

 *La Première Guerre mondiale

 *Du traité de Sèvres au traité de Lausanne

 *La grande catastrophe : la fin de l'hellénisme ionien ; les échanges de population entre Grèce et Turquie.

 

par 

 

De 1830 à 1914, la Grèce progresse vers le nord avec la conquête de la Thessalie, de la Macédoine, de la Thrace, de la Crète, des îles de la mer Egée, grâce entre autres aux guerres balkaniques. La Première guerre mondiale offre à la Grèce le traité de Sèvres mais la guerre gréco-turque et le traité de Lausanne l'invalident, provoquant la grande catastrophe, la fin de l'hellénisme ionien et les échanges de population entre Grèce et Turquie.

 

Visiblement, il n’a pas compris que ce que j’avais fait était un plan et non pas une ébauche de paragraphe introductif ; son commentaire me fait penser qu’il me prend pour un imbécile, incapable d’écrire une phrase : « On est dans une encyclopédie ! Attention au style ».

 

Troisième rencontre

Constatant qu’il considère les pages sur la Grèce comme une sorte de chasse gardée (sans que pour autant elles soient particulièrement remarquables par leur qualité),  je décide de quitter ce domaine en signalant que je ne supporte pas son comportement ; et, d’autre part, me heurtant à l’attitude procrastinatoire de Rémi Mathis, je décide de « disparaître » de nouveau.

C’est à ce moment que je crée deux pseudonymes (Lodgesearch et Kunderasearch) afin d’opérer sur des sujets qui m’intéressent depuis un moment. Bizarrement, mon travail sur David Lodge me remet en contact avec Cédric Boissière sur la page John Ruskin (écrivain que Lodge cite dans La Chute du British Museum), page qui m’apparaît très mal foutue : j’opère quelques modifications et je donne quelques indications sur la page de discussion (9 février 2012 à 17:01) 

 

Il me semble que l'introduction contient de nombreux détails qui relèvent de la biographie : ce qu'il faut ici, c'est montrer en quoi il est important. Son lieu d'inhumation n'est pas très important de ce point de vue.

 

Quant à la biographie, elle manque de hiérarchisation : avoir 9 ou 10 parties c'est ce qu'on appelle un plan à tiroirs. Il faudrait structurer un peu plus en fonction de grandes périodes de sa vie.

 

Cordialement.

 

En fait la biographie de Ruskin comporte (encore actuellement, 28 mars 2012) 12 parties aux noms parfois mystérieux !

 

Peu après (17:18), message de Cédric Boissière : 

Pas pu résister à revenir, malgré les annonces de départ définitif donc... 

 

Là je commence à redouter d’être victime d’un malade mental, qui a décidé de me pourrir la vie 

 

Qui est Cédric Boissière ?

J’examine qui est ce Boissière, qui dans Wikipédia, signe tantôt « Cédric Boissière », tantôt « Cédric », et qui a mis sa page de discussion sous la formulation assez kitsch « Questions, problèmes, angoisses ? » (en fait, c’est lui qui crée les problèmes et l’angoisse). Sur sa page personnelle, il se présente comme « enseignant d’histoire contemporaine à l’université ». De fait, il y a un Cédric Boissière à l’université Rennes-2, mais le niveau de ses productions dans Wikipédia (notamment l’état de la page John Ruskin) m’incite à penser que « Cédric Boissière » a un niveau intellectuel plutôt secondaire que supérieur.

Par ailleurs, en lançant une recherche sur son nom, je découvre qu’il est administrateur, à travers le site Sonata32, nettement hostile à Wikipédia et curieusement très élogieux pour Cédric Boissière sur une page intitulée : « Cédric Boissière, ou l'un des rares administrateurs compétent (sic) sur wikipédia » , qui est la première réponse de Google à la requête.

 

La crise 

Trouvant comique qu’il soit encensé par un adversaire déclaré, et bizarre qu’un « administrateur » se comporte de façon quelque peu menaçante, je l’attaque de façon ironique sous le pseudonyme qu’il connait officiellement : pas de réponse, blanchiment de mon message. Je passe alors à un niveau plus élevé de conflictualité : dans mon second message, je lui écris notamment « tu dois être un vrai prof de merde ». 

 

 

Troisième épisode : 

Suspendu !

 

Le mercredi 15 février, quelques jours après avoir manifesté une incontestable violence verbale envers un administrateur, je trouve sur mon compte 2 un message de blocage signé :

 

— S t a r u s – ¡Dímelo! – 13 février 2012 à 23:47 (CET)

 

Le blocage est étendu à mes comptes 1, 3 et 4. Je constate donc que j’ai été l’objet d’une enquête  pour déterminer mes différents pseudonymes. L’enquête a dû être empirique puisqu’un qu’un compte 5, créé peu avant, n’est pas touché ; en fait, je continue de travailler sur ce compte jusqu’au 14 février, mais le 15, le blocage est étendu à mon adresse IP.

 

Réflexion sur une « punition »

Ce qui est curieux, si on y réfléchit, c’est que la sanction dans Wikipédia soit toujours la suspension, plus ou moins longue… Or si on peut concevoir qu’un vandale récurrent soit convenablement sanctionné de cette façon, puisque cela l’empêche  de nuire, il n’en va pas de même pour quelqu’un qui, comme c’était mon cas, est un contributeur « normal » qui une fois a outrepassé les limites, pour des raisons explicables, quoique non fondées.

Bien entendu, une suspension de 3 jours est symbolique et n’a sans doute pas tellement d’autre prétention. Néanmoins, il me semble qu’il serait plus logique dans ce genre de cas de faire le contraire, c’est-à-dire d’obliger le contrevenant à contribuer à une page jugée insuffisante, de lui imposer une sorte de travail contraint, plus ou moins important en fonction de la gravité de la faute, moyennant le maintien de la suspension sur toutes les autres pages tant que le travail n’a pas été accompli.

Mais là, on entre dans le domaine des réformes de Wikipédia, dont je traiterai plus tard.

 

 

Fin de la crise ?

Durant la phase d’explication autorisée dans le cadre de la suspension, je finis par comprendre qu’il y a eu un malentendu autour de la page John Ruskin. En effet, Cédric Boissière est le principal intervenant sur cette page (plutôt médiocre comme je l’ai dit) et il a considéré que mes remarques le visaient personnellement.

J’ai donc présenté des excuses qu’il a acceptées sans pour autant entrer en contact avec moi (« excuses reçues », mais sur sa page et non sur la mienne).

Le blocage est levé à la date prévue. L’affaire est donc complètement terminée... 

Complètement ? Non ! Car dans plusieurs recoins de Wikipédia, Cédric Boissière a cru bon de déposer un message en complément de ma suspension.

 

 

 

Messages complémentaires

C’est d’ailleurs un de ces messages que j’ai découvert en premier, le 14 février, sur mon compte Kunderasearch, au moment où je m’apprêtais à mettre dans la bibliographie les références  de l’édition de Kundera dans la Pléiade.

 

Mise en garde

Il est demandé par WP que vous déclariez sur votre page utilisateur les autres pseudo que vous utilisez.

Il est d'autre part exigé sous peine de blocage que vous n'interveniez sur une page (quelle qu'elle soit) qu'avec un seul de vos pseudos.

Merci de bien prendre en compte cette mise en garde. Cédric Questions, problèmes, angoisses ? 15 février 2012 à 15:21 (CET)

 

Je trouve le même message sur mes mes comptes 1, 2 et 4 avec les signatures :

 

Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 15 février 2012 à 13:38 (CET)

 Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 15 février 2012 à 13:39 (CET)

Cédric Questions, problèmes, angoisses ? 15 février 2012 à 15:12 (CET)

 

Il s’agit donc d’une injonction de « mise en conformité » avec les « règles de Wikipédia », pour laquelle Cédric Boissière a pris soin de faire intervenir un de ses collègues, pour bien montrer que je ne fais pas le poids, que j'ai affaire non pas à un individu rancunier, mais à la bureaucratie de Wikipédia.

L’affaire de la suspension m’a ensuite détourné de cette question ; j’y suis revenu une fois la crise surmontée. Elle a alors pris à mes yeux une importance considérable, beaucoup plus grande que la suspension elle-même.

Il y avait d’abord l'obligation de « déclarer » mes différents pseudonymes, à laquelle j’ai dès le début refusé de donner suite ; il y avait la menace de nouvelles suspensions dans le cas où « sur une même page », je ferais usage de deux pseudonymes : à celle-ci, j’ai obéi, en n’intervenant plus sur ces pages, sinon sous IP.

Mais surtout, il y avait le lien appliqué à la phrase centrale, qui renvoie à un article intitulé « Wikipédia:Faux nez », terme qui, dans Wikipédia-fr, désigne officiellement tout pseudonyme autre que celui utilisé en premier lieu, que l’usage en soit nocif ou pas pour l’encyclopédie.

 

 

Quatrième épisode 

Faux nez !!!!!!!!!!!!!

 

 

Cette expression de « Faux nez », je l’ai ressentie comme sciemment humiliante, donc inacceptable. J’admets qu’elle puisse être appliquée aux cas d’utilisations nocives, si on se cache derrière un autre pseudonyme, mais ce n’était pas mon cas. Lorsque j’ai attaqué Cédric Boissière, c’était sous le pseudonyme qu’il connaissait. Lorsqu’il m’a rencontré sous le nom de Lodgesearch, j’écrivais de façon tout à fait constructive et sans aucune intention de nuire à qui que ce soit, notamment pas à lui. La désignation de « Faux nez » établit en quelque sorte a priori une présomption de culpabilité.

 

Pourquoi pas « avatar » ?

Aurait-on pu choisir un autre nom ? Evidemment oui : avatar, par exemple. Dans la pdd, un contributeur écrit qu’on ne peut pas utiliser « avatar » parce que le premier pseudo d’un contributeur est déjà un avatar. Ce n’’est pas complètement fondé : il est vrai que dans le cadre du monde « normal », on intervient en général dans Wikipédia avec une fausse identité, un avatar ; mais  dans le cadre de Wikipédia, la première identité devient « officielle » et les autres comptes sont bien des avatars ; ce sont des avatars situés à deux niveaux différents. Ce mot serait du reste assez approprié, puisqu’il est souvent ressenti comme péjoratif (rapprochement avec « avanie »).

 

« Faux nez » : un concept humoristique ?

Certains penseront peut-être : « il fait bien des histoires pour une appellation somme toute humoristique ; il dit pourtant qu’il a le sens de l’humour, … ». Là, je suis obligé de faire une mise au point : l’humour, ce n’est pas simplement d’être drôle. L’humour, cela existe lorsque le trait amusant est dirigé, soit vers un supérieur, soit vers un égal, soit vers soi-même, mais pas lorsqu’il est dirigé contre un inférieur, surtout en association avec une mesure de répression quelle qu’elle soit. Il peut y avoir de l’humour lorsqu’un pauvre se moque des pauvres ou des riches, pas lorsqu’un riche se moque des pauvres. 

En l’occurrence, la situation où un administrateur désigne, sous couvert de « légalité », un contributeur comme « faux nez », ne relève pas de l’humour, mais de la brimade gratuite.

 

Du point de vue strictement « administratif » de Wikipédia, quelqu’un peut évidemment utiliser un compte créé dans le seul but de proférer des insanités, parallèlement à un compte « normal » ; j’ai aussi appris que certains utilisaient deux comptes pour 1) introduire des erreurs 2) les corriger sous son pseudonyme officiel, afin, selon La Révolution Wikipédia, d’accroître indûment ses mérites. J’imagine aussi que certains aient participé à des votes sous plusieurs identités. Mais je ne vois pas en quoi utiliser deux noms pour contribuer à la même page puisse nuire à Wikipédia : dans ce cas, on se nuit plutôt à soi, puisqu’on disperse ses contributions, se privant éventuellement de certains droits. 

 

C’est d’autant plus pénible à encaisser que la page « Faux nez » est visiblement l’émanation d’un groupe, peut-être majoritaire, mais tout de même pas exclusif, puisque la page porte un bandeau d’avertissement ……

 

Cette page est un essai. Elle reflète principalement les opinions de ses auteurs.

 

Nouvelles perspectives sur Wikipédia

Cette histoire de « faux nez » m’a ouvert des horizons nouveaux. Dans un premier temps, je me suis senti dans la position de l’élève moyen, qui a fait des efforts, et qui est menacé de sanction pour une raison infondée. En général, cela douche l’enthousiasme, grand ou petit,  qu’il éprouvait jusque là. 

Dans un second temps, j’ai eu l’impression que quelque chose clochait : jusque là, j’avais contribué à Wikipédia comme un adulte conscient, qui ne cherchait pas à se faire valoir, mais qui s’attendait à ne pas subir de problèmes particuliers, des autres contributeurs, dans la mesure du possible, de l’organisation, en tous les cas. Cette intervention de plusieurs administrateurs indiquait que l’organisation pouvait se tourner contre moi sans tenir aucun compte de ce que j’avais fait auparavant, et visiblement sans que j’ai la possibilité de me faire entendre. Je me retrouvais dans un monde quelque peu kafkaïen, ressemblant globalement à une structure scolaire.

Or il n’y a aucun doute sur un point : je n’ai aucune envie de travailler dans une structure de ce type. Cela ne change rien à ce que je pense de Wikipédia, cela change ma relation avec Wikipédia : auparavant, j’étais un contributeur qui intervenait le plus souvent avec l’objectif  d’améliorer l’encyclopédie ; quand je rencontrais une page mal fichue, je procédais à des modifications plus ou moins importantes alors même que le sujet ne m’intéressait que de façon très marginale.

 

 

Qu’est-ce que je reproche à Cédric Boissière ? 

De ne jamais s’être adressé à moi autrement que de façon bureaucratique, de ne jamais s’être intéressé à ce que je faisais, ni à mes contributions antérieures. Bureaucratiquement, il a fait l’effort de détecter mon premier pseudonyme, sans remarquer qu’il y avait 5000 contributions qui y étaient attachées, parce que cela n’entrait pas dans le cadre de leur mission bureaucratique.

Je ne sais pas si Cédric Boissière est en général  un administrateur compétent, très compétent ou peu compétent: ce que je sais, c’est qu’en ce qui me concerne, il s’est montré tout à fait incompétent, soit en supposant que j’étais tellement attaché à Wikipédia que je ne pouvais pas ne pas rester un contributeur, soit en intervenant bureaucratiquement sans aucun souci des conséquences. 

 

Qu’est-ce que Cédric Boissière et son collègue Azurfrog voulaient en m’envoyant l’injonction « Faux nez » ? Qu’est-ce qu’ils ont obtenu ? Quelles ont été les conséquences ?

 

Ce qu’ils voulaient, c’est : 1) peut-être améliorer le fonctionnement de Wikipédia en me contraignant à me « mettre en règle » ; 2) probablement aussi m’enquiquiner au-delà de la suspension.

 

Ce qu’ils ont obtenu, c’est : 1) que je me suis senti enquiquiné en recevant la qualification de « faux nez » comme seule récompense des services que j’ai rendus à Wikipédia ; 2) que j’ai renoncé, sinon à contribuer, du moins à contribuer de façon aussi « inconsidérée », aussi systématique, que précédemment. 

 

On pourra constater que mes différents comptes sont en sommeil depuis quelques semaines : 

1) AUBRIANT depuis le 22 décembre 2011

2) PUNKAHARJU44 depuis le 25 février 2012

3) LODGESEARCH depuis le 11 février 2012

4) KUNDERASEARCH depuis le 15 février 2012

5) Jacques Goliot depuis le 18 mars 2012

 

Alors qu’en janvier je suis intervenu 220 fois, depuis le 15 février, j’ai fait seulement 29 interventions nominatives et quelques autres sous IP (par exemple sur la page David Lodge, pour mettre un résumé de son livre Ginger, You’re Barmy). Désormais, je contribue exclusivement en fonction de mon intérêt pour un sujet.

 

Je pense que les dirigeants de Wikimédia-France devraient s’interroger sur le processus qui a amené un contributeur régulier (et, je pense, notable, même si par autodérision, j’ai parlé, au second degré, d’un « bilan plutôt maigre »), quasi quotidien, à ne plus intervenir que de façon très occasionnelle et devraient réfléchir sur les moyens d’éviter de tels processus. A moins que cela leur soit tout à fait égal.

 

Je pense que Cédric Boissière devrait faire de même. A moins que cela lui soit tout à fait égal.

 

Cela dit sans aucune notion de « chantage » : qu’il y ait ou non réflexion de leur part, et quel que soit le résultat de cette éventuelle réflexion, cela ne changera rien à mon attitude envers Wikipédia.

 

 

 Additifs :

*7 avril 2012  : mieux vaut tard que jamais, je viens de voir que LPLT n'est pas un simple contributeur, mais un administrateur de Wikipédia ; donc, à lui aussi, je peux reprocher un comportement incompétent (dans mon cas) : attitude bornée (aucune recherche de renseignement pour savoir à qui il adresse ses remontrances : il aurait facilement pu voir que je n'étais pas un débutant) et expression légèrement provocatrice (sombre brouillon incompréhensible)

*7 avril 2012 : un de mes problèmes, c'est que je n'ai jamais cherché à frayer avec les autres contributeurs, à participer au Bistro, etc. etc. Je me suis presque exclusivement consacré aux pages encyclopédiques. Ce n'est peut-être pas malin, mais je n'avais pas envie de perdre du temps avec tout ces à-côtés wikipédiens. Il me semble que les bureaucrates devraient s'intéresser aussi aux contributeurs qui travaillent dans l'isolement (à moins que je sois l'unique spécimen du genre) : l'objectif primordial, c'est tout de même l'encyclopédie, non ? Du reste, j'aurais volontiers répondu à des questions, si on m'en avais posé ; j'ai dûment répondu au sondage qui a eu lieu il y a un ou deux ans. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :