Pravda la Grande Sophiste : Wikipédia et l’affaire DSK

Publié le par Jacques Goliot

Avertissements : 

Les astérisques renvoient aux notes de bas de page.

Les citations sont données telles qu'elles étaient dans le blog d'Alithia à la date du 1° mai* 2012, avec leurs fautes de frappe, d'orthographe et de syntaxe. J'omets les [sic] usuels.

Pravda (russe) = Vérité = Alithia (grec)

 

 

 

Dans un de ses derniers billets avant la suspension du site (« de wikipedia à Atlantico, le site des ragots UMP, la connexion est bonne », 9 juillet 2011), Alithia/Pravda analyse les relations entre Wikipédia et le site Atlantico.

 

L’argument essentiel d’Alithia

Son principal argument est que Jean-Baptiste Soufron, « aujourd’hui collaborateur d’Atlantico le site UMP spécialisé en ragots et récemment créé à usage de la campagne électorale de Sarkozy » a été « directeur juridique de Wikipedia de 2004 à 2008, en l'occurrence pour Wikimedia et membre éminent de son CA ».

 

La dernière citation est un peu charabiesque. Très précisément, Jean-Baptiste Soufron a été nommé « Lead Legal Coordinator » par le CA de la Wikimedia Foundation , non pas en 2004, mais en mai 2005. C’est une position incontestablement éminente dans les instances dirigeantes de la fondation.

 

Présentation du post

Sur les 3500 caractères environ du post, la phrase établissant un lien entre Jean-Baptiste Soufron et Wikipédia représente 150 caractères, celle concernant Jean-Baptiste Soufron et Atlantico, 150 autres.

Le reste du texte d'Alithia est consacré aux problèmes de DSK en 2011 ; Alithia fait intervenir les personnages suivants : Tristane Banon, Bernard Debré, René-Georges Querry, Ange Mancini, Ray Kelly, Claude Guéant (« Guéant »), Bernard Squarcini (« Squarcini »), Alain Bauer, Nicolas Sarkozy (« Sarkozy »).

De Tristane Banon, Alithia parle assez longuement, évoquant ses relations avec sa mère, avec les hommes, avec son chien ; des autres elle nous informe de divers coups de téléphone passés entre New-York et Paris en mai 2011 et d’autres « intrications » notables.

 

Résumé du post : un raisonnement implacable

1) Jean-Baptiste Soufron collabore au site Atlantico qui est un site sarkozyste et qui a été au centre de l’affaire DSK de New-York : il « a joué un rôle de caisse de résonnance voire d'orchestration de rumeurs » « dont Bernard Debré s’est autorisé »

2) Tristane Banon collabore au site Atlantico, « où elle écrit des papiers pour se plaindre de la perte de virilité des hommes qui se féminisent  de sorte qu'elle leur préfère son dobermann car, lui, ne manque pas de virilité (!) » ; de plus elle travaille « pour une mairie UMP » et a lancé des accusations et une plainte contre DSK

3) Jean-Baptiste Soufron a été un cadre de la fondation Wikimedia il y a quelques années

4) « Si la folie familiale relatée par Tristane, ou la folie de la relation mère/fille, ainsi que les connexions entre Tristane Banon, sa mère et DSK, ne laissent pas d'étonner, que dire des connexions  UMP ? »

5) Il existe en effet des liens étroits entre le directeur du Sofitel (René-Georges Querry) et le « le responsable des services secrets français affecté à l'Elysée,  Ange Mancini »

6) Ange Mancini a nié toute consigne à l’encontre de DSK

7) Claude Guéant « a confirmé un échange téléphonique vers minuit heure de Paris, soit tout juste après l'arrestation de DSK »

8) Ray Kelly, « le directeur de la police de New-York qui s'est occupé de DSK » a été décoré par Nicolas Sarkozy et connaît bien Alain Bauer « responsable à la police pour les questions de terrorisme ».

 

La conclusion d’Alithia « ne laisse pas d’étonner » :

« Ce n'est pas le site Atlantico, particulièrement populiste, qui nous éclairera sur les coïncidences d'une affaire à ce point  hors du commun, ni lui qui expliquera pourquoi et comment la vie politique française se joue depuis New York .

Quoi qu'il en soit, de wikipedia à Atlantico, la connexion est bonne ».

 

Analyse du post et diagnostic

Il n’y a aucune démonstration convaincante ; Alithia parle de tout autre chose que du sujet annoncé, les relations entre Wikipédia et Atlantico ; elle parle essentiellement de Tristane Banon et de l’affaire DSK de New-York.

Elle parle à peine des relations entre Jean-Baptiste Soufron et Wikipédia et n’intègre pas Jean-Baptiste Soufron dans son décryptage de l’affaire de New-York (ce point est évoqué dans les commentaires).

Cela ne l’empêche pas de conclure que « de wikipedia à Atlantico, la connexion est bonne » et de reprendre cette phrase comme titre du post, en l’étoffant un peu.

Diagnostic : « grosse fatigue* ». Il était temps qu’Alithia suspende son blog (11 et 16 juillet) et prenne une retraite pourtant bien imméritée.

 

Fausse allégation suivie de correction

A son raisonnement mal fondé et mal conduit, elle joignait au départ une fausse allégation. En effet, pour corser l’implication de Soufron avec le site Atlantico, elle le donnait, dans une version initiale, comme « directeur » du site ;  reprise par le premier commentaire (signé « Buisson » : il s’agit peut-être de Patrick Buisson, le conseiller de Nicolas Sarkozy), elle a rectifié en « collaborateur » (cf. les commentaires :

« Et que Atlantico soit ce que j'ai dit est de notorité publique.  (Pour Jean-Baptiste Soufron collaborateur, c'est rectifié. ) ».

Elle a certainement rectifié au début du post, mais on y trouve toujours une phrase (« Jean-Baptiste Soufron qui avec ce site semble offrir ses services à une campagne qui promet d'être salace et coriace de la part de Sarkozy ») correspondant à l’ancien état.

 

Analyse approfondie

A travers ce post , comme dans l’ensemble de son blog, Alithia se positionne comme de gauche, assez violemment antisarkozyste. Très bien, je suis aussi de gauche et antisarkozyste.

Mais cela n’autorise pas à « écrire n’importe quoi », voire à mentir (peut-être par négligence, mais tout de même : Alithia savait-elle que Soufron n’était que collaborateur et a-t-elle sciemment tenté de faire passer une contre-vérité en espérant que personne ne vérifierait ou n’interviendrait pour la contredire, ou bien le croyait-elle vraiment ?)

Remarquons qu’elle a fait exactement ce qu’elle reproche à Wikipédia : introduction de contre-vérités par malveillance ou par incompétence.

Alithia se présente comme professeur de philosophie. Personnellement, j’ai du mal à croire qu’un professeur de philosophie puisse écrire aussi mal qu’elle.

Mais si c’est le cas, ce post du 9 juillet, fondé sur une immense compétence en matière de complots et de services secrets, atteste qu’elle a certainement été formée par Didier Julia, très probablement à l’EHECF*.

 

Quelques éléments sur Jean-Baptiste Soufron

Cherchant quelques renseignements sur cette personnalité, j’ai constaté qu’il a récemment publié deux articles sur le numérique dans la revue Esprit : un en mars-avril 2009 (« Standards ouverts, open source, logiciels et contenus libres : l’émergence du modèle du libre ») , un en juillet 2011 (« Les acrobates de l’innovation »).

Alithia aurait donc pu établir, par l’intermédiaire de Jean-Baptiste Soufron, une « connexion » aussi fondée (ou aussi inepte) entre Wikipédia et Esprit, ainsi qu’une « connexion » entre Esprit et Atlantico (une analyse des coups de téléphone entre Marc-Olivier Padis et Bernard Squarcini aurait certainement été révélatrice d’autres « intrications ».

En ce qui concerne le second texte de Jean-Baptiste Soufron, il étudie les grandes réussites du numérique (Gates, Jobs, Zuckerberg…), mais de façon assez distanciée, sans tomber dans le panneau de la « mythologie Silicon Valley » ; le point de vue qui est beaucoup moins libéral que ce qui prévaut aux Etats-Unis en général, et dans le milieu du numérique en particulier.

Au total, ce texte est correctement écrit et n’est pas inintéressant sur le plan des idées. Du reste la publication dans Esprit, même si on n’est pas en accord avec tout ce qui paraît dans cette revue, est un gage de sérieux.

En ce qui concerne sa collaboration à Atlantico, disons que : nobody is perfect...

 

Ajout (8 mai 2012) : pour ajouter un élément négatif, il apparaît que Jean-Baptiste Soufron a aussi été compromis dans une affaire d'usurpation d'identité en 2008 : cf. le Journal d'un avocat de Maître Eolas. 

 

Envoi

Soyons reconnaissants à Alithia de nous avoir donné, le 9 juillet 2011, son antépénultième billet, plein de passionnantes informations (avant ses adieux du 11 et la « réédition » de ses vieux articles le 16).

 

 

Petit bourrilège d’Alithia

Ce post contient une phrase qui relève strictement du charabia (en gras et souligné, je cite les paragraphes entiers).

« Le monde est petit.  Et ce sont toujours les mêmes qu'on retrouve partout. Les relations des membres dirigeants de wikipedia, soit le CA de Wikimedia, avec l'UMP et les relais de certaines informations. 

Les intrications entre les uns et les autres.

Si la folie familiale relatée par Tristane, ou la folie de la relation mère/fille, ainsi que les connexions entre Tristane Banon, sa mère et DSK, ne laissent pas d'étonner, que dire des connexions  UMP ? »

Et que dire du style de Pravda la surblogueuse ?

 

Notes 

* mai : correction 8 juin 2012 ("mais")

* Grosse Fatigue : un film de Michel Blanc (1994) , avec Michel Blanc, Carole Bouquet, etc.

* EHECF : Ecole des hautes études en coups fourrés

 

Publié dans Alithia : analyses

Commenter cet article