Pravda la Grande Sophiste : Alithia et Neda Agha-Soltan (2)

Publié le par Jacques Goliot

 

Aller à l’accueil

Aller à la table des matières

Aller à la première page de l’article

 

 

 

2) La rhétorique alithiesque

 

Il est assez facile de constater qu’Alithia a rédigé son article dans un style imprécatoire :

1) allusions et attaques personnelles :

« un certain Moumou qui protège les islamistes »

« le grand administrateur, bureaucrate et haute autorité wikipédienne » [chez Alithia, « grand administrateur », « haute autorité wikipédienne » sont antiphrastiques et désignent des individus plutôt suspects]

« un autre quin'a pas inventé la poudre » (sic)

 

2) hyperboles :

« La 2° mort de Neda est organisée par wikipedia » [noter qu’une assertion proche apparaît dans la discussion de suppression tout à fait en bas de page. L’origine n’en est pas claire]

« la bêtise crasse »

« petits fachos en herbe »

« la bêtise et la vulgarité atteignent des sommets »

« la bêtise crasse de ces gens et les réactions abjectes dont ils se montrent capables »

« autres stupidités d'une épaisse mauvaise foi »

 

3) antiwikipédisme systématique, voire hystérique

« l'abjection wikipédienne »

« ces "encyclopédistes" qui ne se prennent pas pour rien et se croient sortis de la cuisse de Jupiter du fait de leur wikimerdia »

«Grâce à wikimerdia on sait maintenant que transmettre des informations dans le monde entier, " c'est de la désinformation" » [le jeu de mots gagne à être répété]

« une habitude bien ancrée qui est une constante, populiste et anti-intellectuelle, que l'on trouve de façon récurrente chez les "autorités" qui donnent le ton, les grands chefs et mini-gourous tels Anthère et David Monniaux imités ensuite par la piétaille wikipédienne, à savoir cette habitude de cracher sur les intellectuels et les journalistes auxquels ils seraient supérieurs, eux, par le seul fait d'être wikipédiens (c’est un titre !) »

« ils crachent encore sur la terre entière, en l'occurrence internet et les réseaux sociaux qui ont permis la diffusion de cette nouvelle et de ces images »

« Il est extrêmement curieux qu'un tel soutien auquel prétend Ahmadinedjad justifie une telle répression, mais wikipedia ne se posera surtout pas la question »

« que fait-on à wikipedia  ? On redouble la censure » [rappel : la page a été maintenue]

 « l'esprit sectaire wikipédien est encore une fois démontré et on voit où mènent le populisme et l'anti-intellectualisme qui caractérisent cette production wikimerdienne » [ter repetita placent] [rappel : idem]

« Sur la wikipedia.fr les records de la stupidité et de l'esprit partisan sont battus car la wikipedia.en semble moins investie par des abrutis obsédés par la défense de l'islamisme »

« Voilà comment on pense à wikipedia. »

 

Tout cela était-il nécessaire ?

Etait-il nécessaire de parler de « wikimerdia » ?

D’employer des mots d’une grotesque grandiloquence ?

D’impliquer des gens (Florence Devouard, David Monniaux) qui ne sont pas intervenus dans le débat ?

De répéter plusieurs fois jeux de mots (aussi subtils soient-ils) et formules, comme si les lecteurs étaient des imbéciles ?

D’imputer à « Wikipédia » comme à un bloc monolithique les déclarations de certains de ses contributeurs ou même de certains de ses administrateurs ?

 

 

 

Ce n’était pas nécessaire, si on considère que l’objet de l’article concernait précisément le maintien de la page consacrée à Neda Agha-Soltan. Il aurait suffi d'écrire : « Ce serait une infamie de supprimer la page Neda Agha Soltan » (et de venir ensuite vérifier le résultat de la discussion). 


Mais du point de vue d’Alithia, c’était nécessaire :

1) parce qu'il fallait détourner l’attention du lecteur de la réalité de la situation (elle écrit pour une large part comme si la page Neda Agha-Soltan avait été supprimée ou était en voie de l’être ; elle écrit de façon d'autant plus hystérique que la suppresssion n'est pas en vue) ;

2) parce que l’objectif réel d’Alithia est de manifester et de transmettre autant que possible sa haine de Wikipédia, en utilisant tous les moyens, y compris les moyens légitimes.

 

Il est donc permis de se demander si Alithia n’instrumentalise pas la mort de Neda Agha-Soltan pour promouvoir ses propres objectifs minuscules.

 

Suite : 3) Sortir d'Alithia

Publié dans Alithia : analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article