L'affaire Philip Roth 4 : Les interventions au nom de Philip Roth dans Wikipédia (20 août 2012)

Publié le par Jacques Goliot

 

Aller à l'accueil

Aller à la table des matières

 

Aller à la première page de l'article

Aller à la deuxième page de l'article

Aller à la troisième page de l'article

 

 

 

Les interventions au nom de Philip Roth dans Wikipédia (20 août 2012, 15 h 47 à 20 h 54)

 

 

Philip Roth n’intervient en effet pas en personne, mais par l’intermédiaire d’une personne de confiance dont il ne donne pas le nom (cette personne a été identifiée avec quasi certitude : je dirai seulement pour le moment qu’il ne s’agit pas d’un certain Joseph K.).

Il y a eu des interventions au nom de Philip Roth sur au moins deux pages différentes de Wikipédia.

 

L’intervention sous IP (page « The Human Stain »)

La version du 20 mai 2012, que j’ai analysée sur la page précédente, reste donc inchangée jusqu’au 20 août, 15 h 47, heure à laquelle un intervenant sous IP (c’est-à-dire un internaute identifié dans Wikipédia par le numéro IP de son ordinateur, en l’occurrence : 166.147.72.21) supprime le paragraphe litigieux avec le commentaire 

« I have removed the reference to Anatole Broyard, at Philip Roth's insistence. I am his biographer. ».

Traduction 

« J’ai retiré la référence à Anatole Broyard, à la demande insistante de Philip Roth. Je suis son biographe. »

 

Cette intervention est révoquée au bout d’une minute avec le commentaire :

« Can you verify that? » [« verify », ici, non pas « vérifier (check) », mais « confirmer »].

« Pouvez-vous confirmer cela ? »

 

Quelques minutes plus tard (16 h 07), le même intervenant sous IP supprime de nouveau le paragraphe en écrivant :

« Once again, I removed the reference to Anatole Broyard. It is wholly inaccurate and therefore pointless. I am Roth's biographer, and have removed it at his request. ».

« Une fois encore, j’ai retiré la référence à Anatole Broyard. Elle est totalement inapropriée, et donc sans objet. Je suis le biographe de Roth et je l’ai retirée à sa demande » 

 

On peut se demander si « once again » ne connoterait pas une légère exaspération de l’intervenant.

A ce moment, en tout cas, la mention relative à Anatole Broyard a disparu de la page « The Human Stain ».

 

Commentaire

Cela vaut la peine de s’arrêter un moment sur cette intervention qui pose deux problèmes : 

1) est-ce qu’il ne s’agissait pas d’un canular ?

2) si ce n’était pas un canular, est-ce qu’elle était pour autant fondée ?

 

Rétrospectivement, on sait qu’il ne s’agissait pas d’un plaisantin, mais du biographe de Philip Roth (Blake Bailey, selon Rue89, ce que d’autres sources permettent de corroborer). Mais sur le moment, personne ne pouvait le savoir (sauf Blake Bailey et Philip Roth). Imaginons que cela ait été un canular et que quelques temps plus tard, un quidam ait proclamé dans un blog : « J’ai niqué wikipedia en me faisant passer pour le biographe de Roth. wikipedia, quelle rigolade ! ». Ce n’est pas le genre de choses qui ne s’est jamais produite…

 

Sur le second point, pour ce qui me concerne, je dirai que je ne suis pas sûr que l’intervention ait été fondée de façon absolument évidente, et ceci pour quatre raisons.

 

En premier lieu parce que l’énoncé de Wikipédia (« un critique a dit que Philip Roth doit s’être en partie inspiré de tel personnage ; Philip Roth a démenti ») ne me paraît pas attentatoire à la réputation ni à la dignité de Philip Roth, ni à celle de son personnage (on ne voit pas bien, du reste, comment un personnage de fiction pourrait être « diffamé »).

 

Deuxièmement, parce qu’il s’agissait non pas d’une rectification, mais d’une suppression totale de la référence à Anatole Broyard et d’autres références par la même occasion, alors que des corrections (renforcement du point de vue de Roth) auraient suffi et auraient sans doute été entérinées. 

 

Troisièmement, parce que, pour une suppression, le modus operandi paraît un peu cavalier. Remarquons que ce mode d’intervention ne correspond pas l’assertion médiatique : « il contacte l’encyclopédie pour la rectifier » (Marianne). Une prise de contact était tout à fait possible : l’intervenant aurait pu aller sur la page de discussion, proposer sa modification et voir ce qui ressortait de la discussion (il y aurait probablement eu un refus, une demande de correction à la place). Mais l'historique de la page de discussion n’indique aucune modification du 15 avril 2011 au 7 septembre 2012. Il n’y a donc pas eu « prise de contact » avant intervention. 

Il va de soi que Philip Roth et son biographe ont le droit d’intervenir dans Wikipédia, comme tout un chacun et n’importe qui, mais en respectant certaines limites (comme tout un chacun et n'importe qui). Ajouter ou corriger ne pose pas de problème (si on n’écrit pas de sottises flagrantes). En revanche, ne rien faire d'autres que de la suppression (même un paragraphe de 4 lignes), c’est remettre en cause, sans aucune contrepartie, une certaine quantité de travail, réalisé en l’occurrence non pas la veille, mais deux ans auparavant (d’une façon générale, contribuer à Wikipédia, bien que ce soit une activité (en principe) bénévole et non contrainte, représente un travail, et a donc droit à un minimum de respect).

 

Quatrièmement, parce que la justification de la suppression connote une position très autoritaire*. L’argument « j’ai retiré la référence à Anatole Broyard [parce qu’] elle est totalement inappropriée, et donc sans objet. » me paraît difficilement acceptable (surtout sans aucune discussion préalable) car en arrière-plan, on trouve l’idée que Philip Roth aurait le droit, en vertu (je suppose) de sa célébrité, d’exercer une censure sur tout énoncé le concernant dans Wikipédia ; or, lorsqu’un critique littéraire écrit dans une revue, Philip Roth a des droits : le démentir, le ridiculiser, le traiter de nul ; mais il n’a pas celui de le censurer, ni même d’essayer de le faire. Pour quelle raison aurait-il le droit de censurer un critique littéraire cité dans Wikipédia ? Bien entendu, je parle ici de critique littéraire, pas d’énoncés personnels tombant sous le coup de la loi.

 

 

Quelle pouvait être la motivation de Philip Roth ?

On peut se demander pourquoi ce qui était, aux yeux de Philip Roth, sans grande importance en septembre 2008 est devenu aussi essentiel en août 2012 (« Philip Roth’s insistence »). 

 

Faut-il penser qu’il a considéré qu’une « rumeur infondée » était acceptable tant qu’elle circulait seulement dans le milieu littéraire, mais que, présentée dans Wikipédia, elle entrait dans le domaine du grand public, auquel il attacherait plus d’importance ?

 

Ceci posé, je ne vois pas bien l’enjeu : quelle importance cela a-t-il que des tas de gens sachent qu’un critique a dit quelque chose d’inexact ? Quelque chose qui n’en est pas moins intéressant, puisque, sans que Philip Roth l’ait voulu,  le personnage de Silk peut évoquer une personnalité réelle, Anatole Broyard. Il me semble qu’on est là dans le B A BA de la critique littéraire : un auteur veut dire certaines choses ; il arrive que les lecteurs lisent d’autres choses, non voulues par l’auteur**.

 

Au final, l’intervention du 20 août me paraît assez futile dans son objet et inadéquate dans sa mise en œuvre, trop brusque et trop radicale.

 

L’intervention sous pseudonyme (page « Anatole Broyard ») 

 

Cette page a été créée le 12 novembre 2004.

 

Une référence à The Human Stain a été introduite le 2 avril 2005 sous une forme concise ; elle a ensuite été développée et le 20 août 2012, on trouvait ceci : 

« Many people thought that Broyard and his life inspired the plot and leading character of Philip Roth's acclaimed novel, The Human Stain (2000), in which the character of Coleman Silk was a mixed-race man who presented himself as Jewish and had a classical academic career. Roth denied this, saying that he had only learned about Broyard's black ancestry and choices from Gates' New Yorker article, published months after Roth had already started writing the novel.[8] »

 

 

Une intervention du même type que précédemment (suppression du paragraphe cité ci-dessus à la requête de Philip Roth) a lieu sur la à 20 h 54 :

« Revision as of 20:54, 20 August 2012 Nabokov9 (I deleted the paragraph suggesting that Broyard was the model for Coleman Silk in Philip Roth's novel, THE HUMAN STAIN. This at Philip Roth's request, since the statement has no basis whatever in fact.) »

Traduction

« Révision, 20 h 54, 20 août 2012  Nabokov9 (J’ai supprimé le paragraphe suggérant que Broyard était le modèle de Coleman Silk dans le roman de Philip Roth, LA TACHE. Cela à la demande de Philip Roth, puisque cette affirmation n’a pas le moindre fondement dans les faits. »

 

Cette intervention permet d’identifier à coup sûr l’intervenant sous IP comme étant Blake Bailey, qui opère dans Wikipedia avec le pseudonyme « Nabokov9 ». En effet, la première contribution de Nabokov9 dans Wikipédia date du 27 Avril 2007 sur la page « John Cheever » ; il écrit :

« I have almost entirely rewritten the entry. I am Cheever's authorized biographer, and Knopf will publish my biography in 2008-9. ». 

« J’ai presque entièrement réécrit l’entrée. Je suis le biographe autorisé de Cheever, et Knopf publiera ma biographie en 2008-9. »

 

Effectivement, Knopf a publié Cheever: A Life de Blake Bailey en 2009.

Par ailleurs, la formule « at Philip Roth’s request » permet d’identifier Nabokov9, donc Blake Bailey, et l’intervenant sur la page « The Human Stain ».

 

Blake Bailey avait donc une certaine expérience de Wikipédia. On remarquera qu’il est aussi intervenu sur la page « Blake Bailey » (ce contre quoi je n’ai pas d’objections catégoriques, dans certaines limites). On peut se demander pourquoi il intervient sous IP sur la page « The Human Stain ».

 

Une seconde remarque intéressante est qu’il y avait chez Bailey (et sans doute chez Philip Roth) la volonté d’éradiquer totalement la mention du rapprochement Silk-Broyard, chose un peu surprenante (là, tu vois, on serait plus dans Orwell que dans Kafka, à la limite…).

 

 

Une référence à The Human Stain a été rétablie (par Parkwells), mais seulement le 11 septembre 2012, c'est-à-dire après la publication de la Lettre ouverte.

 

 

 

NOTES 

*A propos de l' « autoritarisme » du point de vue de Philip Roth, je suis en accord l’opinion de Bliss Broyard (fille du romancier), citée par la page « The Human Stain » (version du 12 octobre 2012) :

 

"I think it’s completely reasonable that Roth should be allowed to have the last word on who inspires his characters and even obfuscate about the sources if he wants to… BUT I don’t think it’s reasonable that Roth gets to dictate what conclusions other people draw about his characters, which is effectively what he was trying to do with his objection to Wikipedia’s description of the book as 'allegedly' having been inspired by my dad." [selon un article du site American Reader qui cite cette phrase, elle vient d’un post de Bliss Broyard sur Facebook).

 

**Cf. Pierre Bayard, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?,  Paris, Editions de Minuit, 2007, p. 93 : « Tout écrivain qui a discuté un peu longuement avec une lecteur attentif, ou lu un article assez long à son sujet, connaît cette expérience d’inquiétante étrangeté où il se rend compte de l’absence de correspondance entre ce qu’il a voulu faire et ce qui en a été compris. » 

Bien entendu, si chaque lecteur fait une interprétation particulière, cela n’a pas d’intérêt. Mais il n’en va pas de même si plusieurs lecteurs, dont des critiques, tombent d’accord : dans le cas présent, Coleman Silk est devenu « personnage inspiré par Anatole Broyard ». L’opinion contraire de l’auteur aboutira à le définir comme : Coleman Silk, « personnage inspiré par Melvin Tumin et non pas par Anatole Broyard » (Anatole Broyard n'en demeure pas moins une composante du personnage).

 

 

Page suivante : Des interventions dans Wikipédia à la Lettre ouverte 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article